vendredi 3 mars 2017

Atelier d'écriture, M. Batista

Exercice 2

Le rouge

Je l’ai guetté
j’ai susurré son nom
j’ai humé l’air
j’ai écarquillé les yeux

Rien
Je reste sèche

C’est que l’enfant est là il croît il pille tout le sang s’accapare mes terres creuse un boyau qu'il plante dans le ventre pour en soutirer les fruits 

Comme empalée je vomis l’étranger ça me prend comme des secousses un tremblement 
qui expulse comme un canon se décharge de ses boulets

Je ne veux pas tirer à blanc

Exercice 1

C’est une chair flasque qui part à vaux-l’eau. C’est toujours comme ça que ça se passe. Une loi de la nature. Les liquides se font toujours la malle en premier. Corps à tombeau ouvert. La mort, est-ce que ce ne serait pas ça: du vivant en vrac ? 

Juliette, c’est écrit sur l’étiquette accrochée à l’orteil du pied droit. Le nom en réchappe toujours, alors on en saura plus si on en décroche. Regardons-la. Le corps se vide de son occupant. Ce n'est même plus une chose car ça se laisse tenter par l’informe. L’âme file au coin des lèvres, dans un grand chambardement qui ne fait pas un bruit. Bouche entrouverte qui vire au violet, dents qui dans la pénombre luisent comme les lucioles – c’est qu’on pourrait en faire un phare, de Juliette, on la mettrait tel un totem à l’orée du port, ce serait une idée.

Vendredi 03 mars 2017, les Bambous, saint Benoît