vendredi 1 janvier 2016

Charles Bukowski

Avis de congé

les cygnes noyés dans l'eau de cale,
décroche les panneaux,
essaie les poisons,
protège la vache
du taureau,
la pivoine du soleil,
prends les baisers lavande de ma nuit,
mets les symphonies à la rue,
comme des mendiants,
prépare les clous,
fouette le dos des saints,
assomme les grenouilles et les souris pour le chat,
brûle les peintures fascinantes,
pisse sur l'aube,
mon amour
est mort

Pour Jane

225 jours sous l'herbe
et tu en sais plus que moi.

ils ont pris ton sang depuis longtemps.
tu es une brindille sèche dans un panier.

est-ce ainsi que ça marche ?

dans cette chambre
les heures de l'amour
font toujours des ombres.

quand tu es partie
tu as presque tout
emporté.

je m'agenouille dans la nuit
devant des tigres
qui ne me laisseront pas en paix.

ce que tu étais
n'arrivera plus.

les tigres m'ont trouvé
et je m'en fous.