samedi 17 janvier 2015

E. Demarcy-Mota - Six personnages en quête d'auteur, Pirandello


Découverte de la pièce majeure de Luigi Pirandello, Six personnages en quête d'auteur, qui pose avec acuité la question de la nature de ce qui est digne d'être montré au théâtre: une personne peut-elle avoir une charge dramatique et esthétique telle qu'elle soit, déjà, un personnage, dont l'auteur n'aurait qu'à s'emparer sans avoir besoin de l'inventer ?

Il s'agit de comprendre s'il faut adopter une hypothèse minimaliste ou maximaliste à propos du statut de l'auteur: dieu créant tout ex nihilo, ou démiurge voleur d'une matière cosmologique déjà existante mais ébauche imparfaite à remanier ? Dans le second cas, quelle est la part de reconstruction qu'il est légitime qu'il endosse ? Un auteur a-t-il le droit, tel un sculpteur, de se montrer insatisfait du donné et de le polir à sa guise ? Le problème du rapport entre art et réalité se pose: l'art doit-il proposer une copie du réel, ou en est-il au contraire l'émancipation pure ? Dans le premier cas, la valeur de la copie tient-elle dans l'écart et l'épure, dans le travestissement et la trahison, ou dans la fidélité et l'humilité ?

 Se donne à voir dans la pièce l'oscillation contradictoire des personnes-personnages, à la fois à la recherche de l'auteur qui s'emparera de leur vie vécue pour en faire une vie représentée, montrée, offerte au regard (c'est toute la question de la frontière dedans-dehors, privé-public, intime-impudique), et en même temps scandalisés de cet écart insupportable qu'ils perçoivent entre ce qu'ils sont, et la version d'eux-mêmes que l'auteur veut imposer au public. Ils veulent exister à corps et à cri, mais ne semblent pas vouloir tout à fait en payer le prix.

Les individus qui viennent se jeter en pâture dans la pièce ne sont ni tout à fait des personnes, ni tout à fait des personnages, et témoignent en réalité d'un double échec: ils n'ont pas réussi, par les techniques stoïciennes ou foucaldiennes de l'existence, à avoir tel souci de soi que leur vie s'érige au rang d’œuvre (raison pour laquelle ils sont, éplorés, à la recherche de l'auteur qui, mi dieu-mi vampire, le fera à leur place). Ainsi ils ne sont pas personnes (cette hétéronomie et cette tutelle à laquelle ils s'adossent le signalent: la personne est celle qui est son propre auteur, et n'a nul besoin des médiations de la scène et du metteur en scène pour se faire soi-même), et ils ne sont pas non plus personnages (ils sont constamment rétifs à leur prise en charge, cette résistance inquiète et à demi refoulée traduisant leur intuition que ce geste paradoxal d'orgueil et de délaissement de soi est une démission à exister par soi-même).

Samedi 17 janvier 2015, théâtre de la Ville, Paris, France.